monika BRUGGER & the Fly Aria

06 octobre au 3 novembre 2018 :

L’AIR DES MOUCHES / THE FLY ARIA

« Ça commence de la manière la plus banale qui soit : un bijou qu’on casse. On lui répare les ailes et on s’attache à cette mouche, on a envie de lui faire des copines. On en fabrique une puis deux. C’est léger, sans prétention. On se distrait avec des mouches comme d’autres font … »

Jamais banale, Monika BRUGGER et ses mouches font le bzzz à la galerie OBJET RARE en Octobre 2018. On y sera confronté à ce phénomène frémissant de l’attraction / répulsion (les Vanités chères à Monika), le laid et le beau : laisserez-vous ces pattes emperlées se poser sur votre peau ?!

Présentées également des pièces plus anciennes : occasion rare.

Monika BRUGGER :  « Nos précieuses ridicules portaient des mouches. Elles n‘étaient pas des bêtes affreuses, mais de simples pastilles en tissu noir. Elles les posaient sur le visage pas seulement comme bijoux mais aussi comme signes et messages. Aujourd’hui encore la coquette ne se déplace jamais sans ses « vanities » et sans son vanity, plein à craquer de tout le nécessaire superflu et admirablement inutile.

Vanités, composées de mouches, de moustiques et autres papillons ou libellules, parfois répulsifs, ces animaux omniprésents dans la peinture depuis longtemps, nous parlent de nos vanités et de notre vie. » Monika BRUGGER, Vanities, Tokyo mai 2018

« The « précieuses ridicules » (France’s 18th century elegant women) used to wear « mouches » (carefully positioned mouches (beauty spots)) (= « flies »). No ugly creatures, but simple black cotton dots, they were placed on the face not only as jewels but also as signs and messages. Today still, the fashionable woman never goes anywhere without her « vanities » and her vanity case, filled to the brim with all the superfluous essentials, and admirably frivolous. Vanities, this exhibition showcases flies (mouches … ), mosquitoes, and other butterflies or dragonflies, sometimes repellent, these ubiquitous animals seen in paintings for a long time, tell us of our vanities and of our lives. » Monika BRUGGER, Vanités, Tokyo May 2018