aude MEDORI

aude MEDORI

Ma démarche est liée au média que j’utilise, le bijou.

En essayant de comprendre ce que signifient: « précieux », « rare », « cher », « riche »…je questionne les valeurs qui m’entourent et tente, losque c’est possible, de prendre position avec humour.

De mes premières amours : le théâtre, je garde le goût des mots et de la lecture. Ce plaisir est encore lié à l’objet livre en ce qui me concerne. Ne pouvant me défaire des livres, je me suis servi de leur matière même pour le travail Résonance. Ce travail est basé sur des perles de mots, créées en déchirant des mots haineux ou en caressant des mots amis.

Avec  Palimpsestes*, la mémoire est en jeu. Les mots laissent des traces. Ce sont des bijoux de paroles effacées, de mots disparus.
L’absence donne naissance à un nouvel espace, ils ouvrent une page.

Plaque poinçonnée d’extraits de « Notre besoin de consolation est impossible à rassasier » de Stig Dagerman

 

aude Médori a fondé la galerie Résidences à Paris

* manuscrit dont on a effacé ou gratté le texte primitif pour écrire de nouveau.